Page

À propos du MNL

Introduction

Le MNL ou Mouvement National Lycéen est la principale organisation Lycéenne. 
Par et pour les lycéen.ne.s, démocratique, syndicale, indépendante et combative, le Mouvement National Lycéen se pose en alternative aux politiques éducationnelles destructrices, aux coupes budgétaires sans fin et à la précarité. Pour un service publique d’éducation de qualité, pour une société plus juste et plus égale.

Notre histoire

L'MNL (Union Nationale Lycéenne - Syndicale et Démocratique) fut créé à partir scission de l'UNL syndicat lycéen créé en 1994 et emportant entre 80 et 90% des adhérents et sympathisants de ce dernier.

Le premier représentant de cette toute nouvelle union était Giussepe Aviges, qui fut remplacé le 17 octobre 2017 par Nathan Le Potier.

Organisation

Fonctionnement national

Est élu un Secrétaire Général (SG), chargé du bon fonctionnement de l'organisation et en est le premier représentant. Ce dernier coordonne l'Équipe Nationale (EN) composée de Secrétaires Nationaux (SN) qui sont affectés à différentes sphères thématiques et responsabilités. Cet EN est, si nécessaire, re-voté tous les 3 mois pour renouveler les postes vacants (personnes devenant étudiants, démissions, ...).

Le fonctionnement est surtout basé sur des "sphères", il en existe d'ailleurs trois : Éducation, Sociale et Internationale, dans lesquelles sont organisées régulièrement des actions avec les adhérents afin de débattre sur des sujets respectifs et propres aux domaines de ces sphères.

Le syndicat insiste également beaucoup sur la démocratie interne, élément indéfectible de le MNL, qui tient à consulter régulièrement ses adhérents, et à leur donner la parole le plus possible. Aucune personne n'est par ailleurs nommée, toutes les personnes sont élues au scrutin anonyme.

Fonctionnement local

Au niveau local, le MNL fonctionne par un système de fédérations décalquée du découpage départemental. Chaque fédération dispose d'un bureau composé à minima d'un responsable fédéral (RF), un secrétaire fédéral (SF) et un trésorier fédéral (TF). Le bureau peut aussi être élargi, à condition qu'il respecte la parité : les postes existants sont donc ceux de deux co-Responsables fédéraux (Co-RF), un.e trésorière fédéral.e, et plusieurs secrétaires fédéraux. Ces dernières agissent au niveau local dans diverses actions et relayent l'activité nationale. Les fédérations gardent un contact permanent avec l'équipe nationale qui les coordonne, notamment garce à un Secrétaire National qui suit précisément leurs actions, mais aussi via les sphères et le réseau fédéral. Notons qu'il est conseillé à ces dernières de se constituer en association de loi 1901 afin de formaliser la situation et obtenir des subventions pour leurs actions respectives.