Article •  Education

Un président toujours sourd et aveugle

Alors que tout le monde attendait des annonces fortes du Président de la République, il nous a encore déçu ! Pire que ça, l’ambiance de son discours était plutôt “je reste droit dans mes bottes, on continue et on y va encore plus fort !


Alors que tout le monde attendait des annonces fortes du Président de la République, il nous a encore déçu ! Pire que ça, l’ambiance de son discours était plutôt “je reste droit dans mes bottes, on continue et on y va encore plus fort !”

Pour répondre à une crise sociale inédite par son ampleur, Emmanuel Macron décide de faire travailler les Français.e.s encore plus, sinon iels subiront “une décote” sur leur retraite en partant à 62 ans. Il décide aussi de baisser l’impôt sur le revenu alors que la moitié des plus modestes ne le paie pas ! Il dit que d’ici à la fin du quinquennat, aucune école ou aucun hôpital ne fermeront alors qu’il veut supprimer 120 000 postes de fonctionnaires !

En tant qu’usager.e du service public,  nous subissons au quotidien les économies  (classes à 35, profs non-remplacé.e.s, trous dans les murs, ordinateurs qui fonctionnent une fois sur deux), c’est pourquoi nous réclamons des actes concrets pour améliorer nos conditions d’études, des actes qui pour l’instant ne sont pas la priorité d’Emmanuel Macron.

On aurait pu espérer qu’il donne des réponses aux lycéen.ne.s inquiet.e.s face à Parcoursup ou la réforme du bac, on aurait pu espérer qu’il arrête ses réformes libérales sur les retraites ou la fonction publique, on aurait pu espérer qu’il prenne des engagements pour le climat ! Mais rien de tout cela, il nous impose un monde dégueulasse qu’on refuse !

En deux heures, il n’a en effet jamais prononcé le mot “lycéen”.  Faisons en sorte d’être nombreux.se dans la rue dès demain, le 1er et 9 mai pour refuser  une société où l’on va travailler des années de plus pour faire plaisir aux actionnaires, aux grands patrons, bref, aux ami.e.s de monsieur Macron. Faisons en sorte de lui faire passer un mauvais mois de mai !

A nous de défendre un monde opposé au sien et à celui de son gouvernement : défendre la justice sociale et climatique ! C’est à nous, jeunes, de construire la convergence des luttes sociale et environnementale !